La fin du Flash nous offrira t-elle enfin les revues PDF réclamées depuis des années ?

Vendredi 11 novembre 2011, par Emmanuel Barthe // L’édition juridique

Une guerre de normes logicielles entre grands éditeurs (Apple c/ Adobe en l’occurrence) vient de se terminer par la victoire de la pomme blanche : la version 5 du langage informatique caché derrière les pages web (le fameux HTML) va remplacer/supplanter le Flash.

Quelle importance pour les juristes, les chercheurs en droit et les documentalistes juridiques, me direz vous ?

Eh bien, des conséquences, si, il va y en avoir. Et pas anodines.

Concrètement, à l’avenir, il ne sera plus possible d’imposer aux lecteurs des revues et des ouvrages avec des logiciels de lecture basés sur Flash. Des logiciels aux commandes souvent incomprises des juristes car peu "standard". Et un format Flash dont la qualité d’impression est toujours prise en défaut par rapport à son rival PDF (un produit d’Adobe lui aussi).

Cela fait 7-8 ans que les documentalistes expliquent aux éditeurs que leur désir (légitime) de sécuriser leurs revues par le format Flash entraîne :

  • des difficultés d’utilisation. Aucun juriste, face à une publication en Flash, ne comprend qu’il doit oublier ses habitudes avec la souris sur PDF, car l’apparence du Flash est celle du PDF ...
  • une mauvaise qualité d’impression
  • au final, une très nette sous-utilisation par rapport aux formats que réclament les juristes : le HTML et le PDF.

Le souci de protection du contenu obérait semble t-il toute prise en compte de nos remarques. Les éditeurs écouteront ils maintenant leurs propres développeurs avant que les navigateurs standards abandonnent le navire ?

Emmanuel Barthe
documentaliste juridique

Répondre à cet article