Un centre d’hébergement de données de type cloud pour la DILA — Dans notre série "L’e-administration avance (moins lentement)"

Mercredi 18 janvier 2012

« La DILA [Direction de l’information légale et administrative] [1] a signé avec Accenture un marché de trois ans pour la conception et la mise en œuvre d’un centre d’hébergement de données de nouvelle génération. Au-delà du strict besoin, ce contrat s’inscrit dans la stratégie de l’Etat en matière d’optimisation et de contrôle des coûts technologiques.

[...] Accenture travaille en collaboration avec la DILA pour mettre en place une infrastructure informatique plus flexible, en vue d’améliorer l’accès, la disponibilité et la performance de l’ensemble des services délivrés par la DILA.

Plus spécifiquement pour les services d’hébergement interministériel déjà en place, la décision de créer un G-Cloud permettra d’en consolider les conditions d’exploitation mais également de se mettre en situation d’accélérer et d’industrialiser la mise en exploitation de nouveaux services pour les citoyens et les agents de l’administration. Cette plateforme est un des premiers environnements de type Cloud mis en place au sein de l’Etat. »

C’est extrait d’un communiqué d’Accenture du 11 janvier 2012 : Accenture développe le premier environnement de type G-Cloud avec la direction de l’information légale et administrative (DILA) (le gras est de nous). En voici la reprise condensée par Boursier.com : Accenture : accord avec la DILA en France, Boursier.com 11 Janvier 2012.

Le G-Cloud doit être opérationnel d’ici mars 2012. Accenture sera appuyée par trois sous-traitants, Cisco UCS, NetApp et VMware.

On peut voir dans cette opération une confirmation très concrète de la volonté des pouvoirs publics de développer l’e-administration [2].

Notes de bas de page

[1] Ex-DJO et DF. Voir nos brèves DF + DJO = DILA et La DILA, successeur de la DJO et de la Documentation française, est officiellement créée..

[2] Voir notre liste de billets sur le sujet : L’e-Administration et l’e-Justice avancent de plus en plus vite.

Répondre à cette brève