Merci EDVIGE — Ou l’histoire d’une commande de pizza très indiscrète

Mardi 7 octobre 2008

Cette petite histoire circule pas mal sur Internet en ce moment, sur fond de lutte contre le fichier des renseignements généraux EDVIGE — lutte en partie gagnée mais en réalité largement perdue, car le Premier ministre a peu concédé et, sauf décision miracle du Conseil d’Etat fin décembre, EDVIGE vivra, avec la majeure partie de ses infos et fonctionnalités [1].

[mise à jour : le Premier ministre a finalement choisi d’abroger le décret de création d’EDVIGE le 19 novembre 2008.]

Bien qu’exagéré et certainement pas actuel, l’échange téléphonique fictif infra donne une assez bonne idée de jusqu’où la mutiplication et l’interconnexion des fichiers/base de données nominatives peut nous mener.

Pour les fans de bande dessinée, le même thème se retrouve parfaitement conjugué au futur proche dans la série SOS bonheur de Griffo et Van Hamme (1998, 6 volumes, le premier est de loin le meilleur).

C’est pour cela qu’il est prudent de commencer dès maintenant à ficher les fichiers [2] et signaler leurs développements et interconnexions.

Nous sommes en 2015, la nouvelle loi de sécurité intérieure autorise le croisement des fichiers et permet, pour notre bien être et notre sécurité, l’affichage des informations en temps réel. Illustration :

Standardiste : "Speed-Pizza, bonjour."

Client : "Bonjour, je souhaite passer une commande s’il vous plaît."

Standardiste : "Oui, puis-je avoir votre NIN, Monsieur ?"

Client : "Mon Numéro d’Identification National, oui, un instant, voila, c’est le 6102049998-45-54610."

Standardiste : "Je me présente je suis Habiba Ben Saïd, merci Mr Jacques Lavoie. Donc, nous allons actualiser votre fiche, votre adresse est bien le 174 avenue de Villiers à Carcassonne, et votre numéro de téléphone le 04 68 69 69 69. Votre numéro de téléphone professionnel à la Société Durand est le 04 72 25 55 41 et votre numéro de téléphone mobile le 06 06 05 05 01. C’est bien ça monsieur Lavoie ?

Client (timidement) : " oui !"

Standardiste : "Je vois que vous appelez d’un autre numéro qui correspond au domicile de Mlle Isabelle Denoix, qui est votre assistante technique. Sachant qu’il est 23h30 et que vous êtes en RTT, nous ne pourrons vous livrer au domicile de Mlle Denoix que si vous nous envoyez un XMS à partir de votre portable en précisant le code suivant : AZ25/JkPp+88"

Client : "Bon, je le fais, mais d’où sortez-vous toutes ces informations ?"

Standardiste : "Nous sommes connectés au "système croisé", Monsieur Lavoie."

Client (Soupir) : "Ah bon !... Je voudrais deux de vos pizzas spéciales mexicaines."

Standardiste : "Je ne pense pas que ce soit une bonne idée, Monsieur Lavoie."

Client : "Comment ça ???..."

Standardiste : " Votre contrat d’assurance maladie vous interdit un choix aussi dangereux pour votre santé, car selon votre dossier médical, vous souffrez d’hypertension et d’un niveau de cholestérol supérieur aux valeurs contractuelles. D’autre part, Mlle Denoix ayant été médicalement traitée il y a 3 mois pour hémorroïdes, le piment est fortement déconseillé.. Si la commande est maintenue la société qui l’assure risque d’appliquer une surprime ?"

Client : "Aïe ! Qu’est-ce que vous me proposez alors ?..."

Standardiste : "Vous pouvez essayer notre Pizza allégée au yaourt de soja. Je suis sûre que vous l’adorerez."

Client : "Qu’est-ce qui vous fait croire que je vais aimer cette pizza ?..."

Standardiste : "Vous avez consulté les ’Recettes gourmandes au soja" à la bibliothèque de votre comité d’entreprise la semaine dernière, Monsieur Lavoie et Mlle Denoix a fait, avant hier, une recherche sur le Net, en utilisant le moteur http://www.moogle.fr/ avec comme mots clés "soja « et "alimentation". D’où ma suggestion."

Client : "Bon d’accord. Donnez-m’en deux, format familial."

Standardiste : "Vu que vous êtes actuellement traité par Dipronex et que Mlle Denoix prend depuis 2 mois du Ziprovac à la dose de 3 comprimés par jour et que la pizza contient, selon la législation, 150mg de Phénylseptine par 100g de pâte, il y a un risque mineur de nausées si vous consommez le modèle familial en moins de 7 minutes. La législation nous interdit donc de vous livrer. Par contre j’ai le feu vert pour vous livrer immédiatement le modèle mini."

Client : "Bon, bon, ok, va pour le modèle mini. Je vous donne mon numéro de carte de crédit."

Standardiste : "Je suis désolée Monsieur, mais je crains que vous ne soyez obligé de payer en liquide.. Votre solde de carte de crédit VISA dépasse la limite et vous avez laissé votre carte American Express sur votre lieu de travail. C’est ce qu’indique le credicard-Satellis-Tracer."

Client : "J’irai chercher du liquide au distributeur avant que le livreur n’arrive."

Standardiste : "Ca ne marchera pas non plus Monsieur Lavoie, vous avez dépassé votre plafond de retrait hebdomadaire."

Client : "Mais ?... Ce n’est pas vos oignons ! Contentez-vous de m’envoyer les pizzas ! J’aurai le liquide. Combien de temps ça va prendre ?"

Standardiste : "Compte-tenu des délais liés aux contrôles de qualité, elles seront chez vous dans environ 45 minutes. Si vous êtes pressé, vous pouvez gagner 10 minutes en venant les chercher, mais transporter des pizzas en scooter est pour le moins acrobatique."

Client : "Comment diable pouvez-vous savoir que j’ai un scooter ?"

Standardiste : "Votre Peugeot 408 est en réparation au garage de l’Avenir, par contre votre scooter est en bon état puisqu’il a passé le contrôle technique hier et qu’il est actuellement stationné devant le domicile de Mlle Denoix. Par ailleurs j’attire votre attention sur les risques liés à votre taux d’alcoolémie. Vous avez, en effet réglé quatre cocktails "Afroblack" au Tropicalbar il y a 45 minutes. En tenant compte de la composition de ce cocktail et de vos caractéristiques morphologiques, ni vous ni Mlle Denoix n’êtes en état de conduire. Vous risquez donc un retrait de permis immédiat."

Client : "@#%/$@& ?# !"

Standardiste : "Je vous conseille de rester poli Monsieur Lavoie. Je vous informe que notre standard est doté d’un système anti-insulte en ligne qui se déclenchera à la deuxième série d’insultes. Je vous informe en outre que le dépôt de plainte est immédiat et automatisé. Or, je vous rappelle que vous avez déjà été condamné en juillet 2009 pour outrage à agent."

Client : (Sans voix)

Standardiste : "Autre chose Monsieur Lavoie ?"

Client : "Non, rien. Ah si, n’oubliez pas le Coca gratuit avec les pizzas, conformément à votre pub."

Standardiste : "Je suis désolée Monsieur Lavoie, mais notre démarche qualité nous interdit de proposer des sodas gratuits aux personnes en surpoids.
Cependant à titre de dédommagement, je peux vous consentir 15% de remise sur une adhésion flash au contrat Jurishelp, le contrat de protection et d’assistance juridique de Speed assurance. Ce contrat couvre, en particulier, les frais annexes liés au divorce.
Vu que vous êtes marié à Mme Claire Lavoie née Girard depuis le 15/02/2008 et vu votre présence tardive chez Mlle Denoix, ainsi que l’achat il y a une heure à la pharmacie du Canal d’une boite de 15 préservatifs et d’un flacon de lubrifiant à usage intime, cela pourrait vous être utile. D’ailleurs, je vais faire joindre aux pizzas un bon de 5 EUR de réduction pour vos prochains achats de préservatifs valable chez Speed-Parapharma. Bonsoir Monsieur et merci d’avoir fait appel à Speed-Pizza."

Notes de bas de page

[1] EDVIGE est le nom donné au fichier par le décret n° 2008-632 du 27 juin 2008 le créant officiellement (JORF n° 152 du 1er juillet 2008 page texte n° 3). EDVIGE est le résultat de l’intégration, dans le fichier des RG, du fichier CRISTINA de la DST. Même si ce n’est pas officiel, le Gouvernement parle maintenant d’EDVIRSP (abréviation de "Exploitation documentaire et valorisation de l’information relative à la sécurité publique"). Plus d’informations dans l’article EDVIGE de Wikipedia.

[2] Sur ce blog, deux billets sur le sujet : Après le STIC de la Police, le JUDEX de la Gendarmerie est doté d’un statut légal, Informatisation des procédures pénales : où en est on ? (pas mal de pistes dans ce deuxième article).

Répondre à cette brève